« La jeunesse est capable de tout car elle ne s’est pas encore usée comme nous à la réalité de la vie ! »

C’est en hiver, en plein cœur du carnaval, que nous donne rendez-vous Olivier Barde-Cabuçon pour le troisième tome Des enquêtes du commissaire aux morts étranges. C’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé les héros de Casanova et la femme sans visage et de Messe noire et découvert une nouvelle facette du Paris du XVIIIème siècle.

e1785-tuez_qui_vous_voulez_cabucon

Résumé :

Hiver 1759. Alors que s’élèvent les fusées multicolores d’un splendide feu d’artifice donné par le roi à son bon peuple de Paris, un inconnu est assassiné dans une ruelle. C’est le troisième jeune homme retrouvé égorgé et la langue arrachée. Mais cette fois, la victime est russe.
Le commissaire aux morts étranges se charge de l’affaire dans une atmosphère aussi singulière que les meurtres dont il a la charge : les miracles se multiplient au cimetière Saint- Médard, et des femmes se font crucifier dans des appartements discrets pour revivre les souffrances du Christ ; les rues de Paris s’enfièvrent à l’approche de la fête des Fous qu’un mystérieux inconnu invite à ressusciter ; la cour, quant à elle, est parcourue de rumeurs au sujet du mystérieux chevalier d’Éon, secrétaire d’ambassade à Saint-Pétersbourg et, dit-on, émissaire du Secret du roi, une diplomatie parallèle mise en place par Louis XV…
Les tensions s’exacerbent dans les quartiers populaires. Sartine, le lieutenant général de police, craint des débordements car le peuple est seul maître de la rue. Quant au moine, oubliant son âge, il semble se laisser gagner par l’esprit de cette antique fête, où les fous deviennent sages et les sages fous.
La royauté est menacée, les interdits transgressés. L’ordre social est-il en train de s’inverser ? Le commissaire aux morts étranges garde la tête froide et mène l’enquête.

L’avis d’Isabeau :

Je tiens encore une fois à remercier monsieur Barde-Cabuçon pour l’envoi de ses livres !

Me revoilà avec la troisième enquête du commissaire aux morts étranges et de son acolyte le moine hérétique ! Le contexte historiques reste toujours très lié à l’enquête et permet de donner une toute nouvelle atmosphère à ce troisième volet. Le chevalier d’Eon, le Secret du Roi, des convulsionnaires et la fête des fous ressuscitée : un vent de folie semble souffler sur Paris. Je pense que c’est l’une des caractéristiques de cette série qui me plait le plus : que chacun des tomes est sa propre atmosphère grâce aux différentes particularités d’une l’époque très complexe et méconnus.

Ce que j’ai vraiment apprécié dans ce tome, c’est la façon dont les personnages ont évolués. De Casanova et la femme sans visage, qui devait être au départ unique, à Tuez qui voulez, l’auteur est arrivé à donner une véritable complexité à ses personnages et à leurs relations. Nos deux enquêteurs ne reste pas cantonnés dans leur rôle. Volnay montre une part de sa personnalité beaucoup plus douce et maladroite à travers sa relation avec l’Écureuil ( c’est deux là sont vraiment trop mignons ^^ ). Le moine, quand à lui, doit faire fasse à sa mélancolie et doit gérer sa relation ambigü avec Héléne qui, elle, passe du statue de femme libre et forte à celui de personnage torturé et prisonnière de son passé. Elle reste néanmoins très mystérieuse, trop même. Rien n’est éclaircis à son sujet et son rôle et son histoire sont toujours dans l’ombre.

Venons-en à présent aux nouveaux personnages  ! J’ai été tout de suite été séduite par le chevalier d’Eon, personnage ambigü, aux multiples facettes. Il est au cœur de l’enquête sans être envahissant, on ne sait jamais sur quel pied danser avec lui (un peu comme Casanova). J’ai aimé son côté téméraire et très chevaleresque. Et puis, c’est toujours un plaisirs de découvrir un personnage historique autrement que dans un livre d’histoire.

Pour ce qui est de l’intrigue, elle est parfaitement ficelée et très bien menée, bien loin de celle du premier volet. L’auteur nous balade d’un bout à l’autre du roman pour enfin nous surprendre avec une fin des plus inattendus !

C’est toujours un grand plaisir de suivre les aventures du commissaire aux morts étranges et du moine hérétique. Les personnages prennent de l’épaisseur et les relations deviennent plus complexes tandis que l’intrigue est des plus inattendus. Je n’ai à présent qu’une hâte : dévoré le quatrième volet qui ne sortira malheureusement que dans quelques mois !

Sartine s’étrangla.
– Avez-vous vu ce que faisais votre père?
– Euh, non…
– Il vient de me montrer son cul!
[…] Sartine fulminait. Il n’en revenait pas de ce manque de respect. La vision des fesses du moine le hanterait longtemps!

Auteur : Olivier Barde-Cabuçon

Edition : Acte Sud

Collection : Acte noir

Année d’édition : 2014

Nombres de pages : 378

Prix du livre : 22,90 €

Publicités

Un commentaire sur « « La jeunesse est capable de tout car elle ne s’est pas encore usée comme nous à la réalité de la vie ! » »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s