#RLN2017 – La Rentrée Littéraire du Net : Les livres qui me font envie

Après vous avoir présenté la #RLN2017 dans un article la semaine dernière et après avoir partager avec vous ma relation avec la rentrée littéraire, je vous embarque cette fois-ci pour un petit tour d’horizon des sorties d’août, septembre et octobre.

Cette liste n’est pas exhaustive, loin de là. Il y a tellement de livres qui mériteraient d’être présenté qu’il est impossible de tous vous en parler. De plus, je suis sûrement passé à côté de nombreuses sorties… Alors n’hésitez pas à me faire part de vos propres envies en commentaire !

Lire la suite de « #RLN2017 – La Rentrée Littéraire du Net : Les livres qui me font envie »

Publicités

« Mais vous êtes à Venise, cité libre, enchantée et désenchantée, ville des mille délices et des grâces désœuvrées ! »

*Citation issue d’Humeur noire à Venise

Après trois tomes se déroulant à Paris, Olivier Barde-Cabuçon décide pour la quatrième et la cinquième aventure de son commissaire aux morts étranges de nous emmené à Venise (Humeur noire à Venise, 2015) en faisant un arrêt dans une vallée perdue de Savoie (Entretient avec le diable, 2016). Si la série apparaît très inégale avec ces deux livres, l’auteur prend un tournant certain dans son écriture et l’évolution de ses personnages.

couv39720357

couv32816016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le résumé de l’éditeur :

Pour voir les résumés éditeurs, c’est ici et ici.

Mon avis :

Comme je l’ai dit plus haut, avec ces deux tomes, la série devient assez inégale en terme de qualité. En effet, si les trois premiers tomes (Casanova et la femme sans visage, Messe noire, Tuez qui vous voulez) étaient plutôt bon, Humeur noire à Venise est bien moins bon que ses prédécesseurs, tant en terme d’intrigue que dans le développement de ses personnages.

Lire la suite de « « Mais vous êtes à Venise, cité libre, enchantée et désenchantée, ville des mille délices et des grâces désœuvrées ! » »

« C’est raisonner en philosophe, c’est-à-dire inutilement ! »

C’est avec un grand plaisir que j’ai retrouvé le chevalier Volnay et le moine hérétique !  L’atmosphère mystérieuse est toujours au rendez-vous ainsi que la précision historique qui m’avait tant plus dans Casanova et la femme sans visage. Après les intrigues de la cour, nous découvrons les superstitions de la petite bourgeoisie parisienne.

Résumé :

Une nuit de décembre 1759, le corps sans vie d’une jeune fille est retrouvé sur la tombe glaciale d’un cimetière parisien. Pas de suspect, et pour seuls indices : une hostie noire, un crucifix et des empreintes de pas. Un panneau placardé sur la grille d’un autre cimetière donne le ton : « Interdit à Dieu d’entrer dans ce lieu ». La tension est à son comble dans la capitale. Sartine, le lieutenant général de police, craint une résurgence des messes noires sous le règne du très contesté Louis XV. Volnay, le commissaire aux morts étranges et son non moins étrange compagnon, le moine hérétique, se trouvent rapidement confrontés à des forces obscures et manipulatrices. Toujours aussi mal vu du pouvoir en place, sous la férule d’un Sartine plus méfiant que jamais, le duo d’enquêteurs ne pourra compter que sur lui-même pour démasquer les ordonnateurs du rituel satanique. Dans ce deuxième volet des aventures du chevalier de Volnay, Olivier Barde-Cabuçon reconstitue un Paris pittoresque et inquiétant, où les seaux d’aisance se déversent des fenêtres à toute heure du jour, où les coquins s’emparent des rues à la nuit tombée, et où l’on dit la messe à l’envers sur les tombes. A quelques lieues de là, Versailles étale les lignes claires de ses jardins, comme pour mieux dissimuler les troubles pulsions de ses prestigieux locataires. Entre ces deux pôles opposés, Olivier Barde-Cabuçon noue une intrigue diabolique au royaume du détraquement et de l’inversion des règles établies.

Lire la suite de « « C’est raisonner en philosophe, c’est-à-dire inutilement ! » »