[Bilan] Juin 2018

Après une petite pause, me voilà de retour ! Après quelques temps à vide en terme de lecture, j’ai repris un rythme assez soutenue puisque j’ai lu au mois de juin 5 livres, dont 3 romans1 bande-dessinée, et 1 essai. Cela me fait donc un total de 2 040 pages ! Parmis ces cinq livres, aucun ne m’a déçus !

 

Le prince et la couturière, Jen Weng

couv11601554

« Le prince Sébastien cherche sa future femme, ou plutôt, ses parents lui cherchent une épouse… De son côté, Sébastien est trop occupé à garder son identité secrète à l’abri des regards indiscrets. La nuit, il revêt les tenues les plus folles et part conquérir Paris sous les atours de l’époustouflante Lady Crystallia, l’icône de mode la plus courue de toute la capitale !
Sébastien a une arme secrète : sa couturière, Francès, une des deux seules personnes à connaître son secret, et sa meilleure amie. Mais Francès rêve de s’accomplir par elle-même, et rester au service du prince lui promet une vie dans l’ombre… pour toujours. Combien de temps Francès supportera?t-elle de vivre dans le boudoir de Sébastien en mettant ses rêves de côté ? »

Le prince et la couturière est une bande-dessinée qui a beaucoup tournée sur internet ces derniers mois. Elle a été encensé et non sans raison ! C’est un ouvrage léger mais aborde des thèmes importants. Le ton est bienveillant , les couleurs douces : une vrai lecture doudou !

 

Les trois mousquetaires, Alexandre Dumas

couv35060925

« Aux trois gentilshommes mousquetaires Athos, Porthos et Aramis, toujours prêts à en découdre avec les gardes du Cardinal de Richelieu, s’associe le jeune gascon d’Artagnan fraîchement débarqué de sa province avec pour ambition de servir le roi Louis XIII.
Engagé dans le corps des mousquetaires, d’Artagnan s’éprend de l’angélique Constance Bonacieux.
En lutte contre la duplicité et l’intrigue politique, les quatre compagnons trouveront en face d’eux une jeune anglaise démoniaque et très belle, Milady, la redoutable espionne du Cardinal.
D’Artagnan seul échappe à ses agents. Mais rapportera-t-il à temps à la Reine de France, Anne d’Autriche, les ferrets qu’elle a remis à son amant, le duc de Buckingham? »

Malgré quelques longueurs vers la fin qui aurait pu être évitées, Dumas nous offre un livre à la fois addictif et sombre. Petit à petit, les passés de nos personnages se dévoile? c’est la croisé des chemins. J’ai surtout été marqué par Athos, le personnage le plus agé mais aussi le plus sombre. D’une manière générale, j’ai été agréablement surprise par le rythme endiablé et par certains côtés sombres de nos personnages.

 

La Princesse de Montpensier, Madame de Lafayette

couv58127916

«  A la fin de la Renaissance, le duc de Guise s’éprend de Mlle de Mézières.
Mais bien qu’elle l’aime aussi, la jeune fille est contrainte d’épouser le prince de Montpensier. Trois ans plus tard, un jour qu’il a perdu son chemin près du château de la princesse, le duc la rencontre au bord d’une rivière où elle est venue se reposer : elle rougit à sa vue, et lui-même comprend aussitôt que sa propre passion n’est pas morte. Publié en 1662, le court récit de La Princesse de Montpensier fonde l’art classique de la nouvelle. »

Je ne m’étalerai pas plus que ça sur La princesse de Montpensier : ce fut encore une fois un échec pour moi. Après avoir lu La princesse de Clèves puis L’histoire de Madame Henriette d’Angleterre, je voulais tenter une nouvelle fois Madame de Lafayette, je pensais avoir le déclic et enfin apprécier cette autrice… Pourtant, je n’ai pas accroché à son écriture au rythme de son histoire… Et surtout, je ne supporte toujours pas à la moral qu’elle véhicule !

 

Le renard et la couronne, Yann Fastier

couv20809794

« Dalmatie, fin du XIXe siècle. Ana a dix ans lorsqu’elle est jetée sur la route suite à la mort de sa grand-mère, sa seule famille. Elle rejoint Spalato, la ville la plus proche, où elle intègre une bande d’enfants des rues menée par la fascinante et mystérieuse Dunja. Sans le sou et affamés, les enfants vont vivre le plus froid des hivers, mais Ana ne perdra rien de sa détermination à vivre.
Des tensions et des rivalités au sein du groupe poussent Ana au départ et ses pas croisent alors ceux de M. Roland, un naturaliste français qui se prend d’affection pour elle. Ana accepte sans hésiter la proposition qu’il lui fait de venir vivre et étudier avec lui, en France.
C’est dix ans plus tard, au cœur d’une paisible campagne, que Dunja retrouve Ana pour lui révéler un secret qui transformera sa vie en une aventure qu’elle n’aurait jamais soupçonnée. »

Pour le coup, ce fut un véritable coup de coeur ! C’est du jeunesse historique, c’est frais, c’est intelligent et doux à la fois, … Je n’ai pas trouvé un seul défaut à ce livre ! Je ne m’étend pas plus ici, car je vous réserve une jolie petite chronique !

 

100 raisons d’aimer l’imaginaire, Collectif

couv57344245

Un livre très court en forme de déclaration d’amour à tous les genres de l’Imaginaire ! Ca donne envie de se replonger dans un bon vieux Jaworski mais aussi de partir à la découverte de nouveaux horizons. Point bonus : A chaque page, une mini-bibliographie !

 

♦♦♦

 

Publicités

[Bilan] Mars 2018

Nous sommes (déjà) en avril, il est donc temps de faire un petit point sur le mois qui vient de s’écouler ! Ce ne fut pas un mois brillant en nombre de lecture mais il le fut en terme de qualité, puisque qu’il n’y a eu que des coups de cœurs ! Au programme donc : de la fantasy historique, du jeunesse et de l’historique/policier !

detective_de_freud_OBC

Lire la suite de « [Bilan] Mars 2018 »

« Il y a certaines choses que je ne peux dire à personne, sauf à ceux qui ne sont plus là. »

Love letters to the dead est un livre « adolescent », reprenant les grands thèmes de ce genre de livre : le passage vers l’âge adulte, la mort et évidemment, l’amour. S’il n’est pas hyper original, Love letter to the dead a tout de même su me surprendre, me divertir et m’émouvoir.

couv1876311

Résumé de l’éditeur :

Au commencement, c’était un simple devoir. Ecrire une lettre à un mort. Laurel a choisi Kurt Cobain, parce que sa grande soeur May l’adorait. Et qu’il est mort jeune, comme May. Très vite, le carnet de Laurel se remplit de lettres où elle dresse son propre portrait de lycéenne, celui de ses nouveaux amis, de son premier amour… Mais pour faire son deuil, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente, et faire face à ce qui s’est réellement passé, la nuit où May est décédée.

 

Mon avis

Je n’avais pas de très grandes attentes pour ce livre bien qu’il était depuis un certains nombre de temps dans ma wishlist. A vrai dire, ce n’est pas une genre que j’ai l’habitude de lire, et j’avais un peu peur qu’il ne soit que la pâle copie d’autres livres du même genre (comme le laissait entendre certaine critiques que j’avais pu lire). Étonnamment, même si cela n’a pas été un coup de cœur, j’ai passé un agréable moment.

Lire la suite de « « Il y a certaines choses que je ne peux dire à personne, sauf à ceux qui ne sont plus là. » »