« Mais vous êtes à Venise, cité libre, enchantée et désenchantée, ville des mille délices et des grâces désœuvrées ! »

*Citation issue d’Humeur noire à Venise

Après trois tomes se déroulant à Paris, Olivier Barde-Cabuçon décide pour la quatrième et la cinquième aventure de son commissaire aux morts étranges de nous emmené à Venise (Humeur noire à Venise, 2015) en faisant un arrêt dans une vallée perdue de Savoie (Entretient avec le diable, 2016). Si la série apparaît très inégale avec ces deux livres, l’auteur prend un tournant certain dans son écriture et l’évolution de ses personnages.

couv39720357

couv32816016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le résumé de l’éditeur :

Pour voir les résumés éditeurs, c’est ici et ici.

Mon avis :

Comme je l’ai dit plus haut, avec ces deux tomes, la série devient assez inégale en terme de qualité. En effet, si les trois premiers tomes (Casanova et la femme sans visage, Messe noire, Tuez qui vous voulez) étaient plutôt bon, Humeur noire à Venise est bien moins bon que ses prédécesseurs, tant en terme d’intrigue que dans le développement de ses personnages.

Lire la suite de « « Mais vous êtes à Venise, cité libre, enchantée et désenchantée, ville des mille délices et des grâces désœuvrées ! » »

Publicités

Bilan du mois : JUIN 2017

Sans titre

Au programme ce mois-ci : une sortie très attendue, la découverte d’une autrice bouleversante et une grosse déception. Au total, 7 livres lus pour un total de 2998 pages.

La Passe-Miroir 3/ : La mémoire de Babel de Christelle Dabos

couv7225099

Sûrement la sortie la plus attendu du mois !!! Si l’intrigue générale n’avance pas tellement, cela reste tous aussi génial que les deux premiers tomes et rend l’attente du prochain (et dernier ! ) livre encore plus dur à supporter !

Love letters to the dead de Ana Dellaira

couv1876311

Love letters to the dead a été une bonne surprise ! Ana Dellaira ne révolutionne pas le genre mais il y a quelques originalité qui ont rendu cette lecture très sympathique ! (Ma chronique ici)

Lire la suite de « Bilan du mois : JUIN 2017 »

« La jeunesse est capable de tout car elle ne s’est pas encore usée comme nous à la réalité de la vie ! »

C’est en hiver, en plein cœur du carnaval, que nous donne rendez-vous Olivier Barde-Cabuçon pour le troisième tome Des enquêtes du commissaire aux morts étranges. C’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé les héros de Casanova et la femme sans visage et de Messe noire et découvert une nouvelle facette du Paris du XVIIIème siècle.

e1785-tuez_qui_vous_voulez_cabucon

Résumé :

Hiver 1759. Alors que s’élèvent les fusées multicolores d’un splendide feu d’artifice donné par le roi à son bon peuple de Paris, un inconnu est assassiné dans une ruelle. C’est le troisième jeune homme retrouvé égorgé et la langue arrachée. Mais cette fois, la victime est russe.
Le commissaire aux morts étranges se charge de l’affaire dans une atmosphère aussi singulière que les meurtres dont il a la charge : les miracles se multiplient au cimetière Saint- Médard, et des femmes se font crucifier dans des appartements discrets pour revivre les souffrances du Christ ; les rues de Paris s’enfièvrent à l’approche de la fête des Fous qu’un mystérieux inconnu invite à ressusciter ; la cour, quant à elle, est parcourue de rumeurs au sujet du mystérieux chevalier d’Éon, secrétaire d’ambassade à Saint-Pétersbourg et, dit-on, émissaire du Secret du roi, une diplomatie parallèle mise en place par Louis XV…
Les tensions s’exacerbent dans les quartiers populaires. Sartine, le lieutenant général de police, craint des débordements car le peuple est seul maître de la rue. Quant au moine, oubliant son âge, il semble se laisser gagner par l’esprit de cette antique fête, où les fous deviennent sages et les sages fous.
La royauté est menacée, les interdits transgressés. L’ordre social est-il en train de s’inverser ? Le commissaire aux morts étranges garde la tête froide et mène l’enquête.

L’avis d’Isabeau :

Je tiens encore une fois à remercier monsieur Barde-Cabuçon pour l’envoi de ses livres !

Me revoilà avec la troisième enquête du commissaire aux morts étranges et de son acolyte le moine hérétique ! Le contexte historiques reste toujours très lié à l’enquête et permet de donner une toute nouvelle atmosphère à ce troisième volet. Le chevalier d’Eon, le Secret du Roi, des convulsionnaires et la fête des fous ressuscitée : un vent de folie semble souffler sur Paris. Je pense que c’est l’une des caractéristiques de cette série qui me plait le plus : que chacun des tomes est sa propre atmosphère grâce aux différentes particularités d’une l’époque très complexe et méconnus.

Lire la suite de « « La jeunesse est capable de tout car elle ne s’est pas encore usée comme nous à la réalité de la vie ! » »

« C’est raisonner en philosophe, c’est-à-dire inutilement ! »

C’est avec un grand plaisir que j’ai retrouvé le chevalier Volnay et le moine hérétique !  L’atmosphère mystérieuse est toujours au rendez-vous ainsi que la précision historique qui m’avait tant plus dans Casanova et la femme sans visage. Après les intrigues de la cour, nous découvrons les superstitions de la petite bourgeoisie parisienne.

Résumé :

Une nuit de décembre 1759, le corps sans vie d’une jeune fille est retrouvé sur la tombe glaciale d’un cimetière parisien. Pas de suspect, et pour seuls indices : une hostie noire, un crucifix et des empreintes de pas. Un panneau placardé sur la grille d’un autre cimetière donne le ton : « Interdit à Dieu d’entrer dans ce lieu ». La tension est à son comble dans la capitale. Sartine, le lieutenant général de police, craint une résurgence des messes noires sous le règne du très contesté Louis XV. Volnay, le commissaire aux morts étranges et son non moins étrange compagnon, le moine hérétique, se trouvent rapidement confrontés à des forces obscures et manipulatrices. Toujours aussi mal vu du pouvoir en place, sous la férule d’un Sartine plus méfiant que jamais, le duo d’enquêteurs ne pourra compter que sur lui-même pour démasquer les ordonnateurs du rituel satanique. Dans ce deuxième volet des aventures du chevalier de Volnay, Olivier Barde-Cabuçon reconstitue un Paris pittoresque et inquiétant, où les seaux d’aisance se déversent des fenêtres à toute heure du jour, où les coquins s’emparent des rues à la nuit tombée, et où l’on dit la messe à l’envers sur les tombes. A quelques lieues de là, Versailles étale les lignes claires de ses jardins, comme pour mieux dissimuler les troubles pulsions de ses prestigieux locataires. Entre ces deux pôles opposés, Olivier Barde-Cabuçon noue une intrigue diabolique au royaume du détraquement et de l’inversion des règles établies.

Lire la suite de « « C’est raisonner en philosophe, c’est-à-dire inutilement ! » »

« Je ne crois plus en Dieu, mademoiselle, car on dit de lui qu’il a fait l’homme à son image. Ce doit être alors quelqu’un de bien détestable. »

Résumé : Après avoir sauvé Louis XV de la mort lors de l’attentat Damiens, et malgré son peu de goût pour la monarchie, le jeune Volnay obtient du roi la charge de “commissaire aux morts étranges” dans la police parisienne. Aidé d’un moine aussi savant qu’hérétique et d’une pie qui parle, Volnay apparaît comme le précurseur de la police scientifique, appelé à élucider les meurtres les plus horribles ou les plus inexpliqués de son époque. Épris de justice, c’est aussi un homme au passé chargé de mystère, en révolte contre la société et son monarque qu’il hait profondément. Lorsque, en 1759, le cadavre d’une femme sans visage est retrouvé dans Paris, Volnay doit conduire une enquête sur le fil du rasoir avant que le meurtrier ne frappe de nouveau. Surveillé de près par Sartine, le redoutable chef de la police qui voit d’un mauvais œil ce policier hors normes, Volnay, aidé à cette occasion par le libertin Casanova en personne et une jeune aristocrate italienne tournée vers les sciences et le progrès, remonte la piste d’un crime qui pourrait impliquer la Pompadour et Louis XV lui-même. Mais entre des alliés incertains et des adversaires redoutables, à qui le commissaire aux morts étranges peut-il se fier ? Des intrigues de la Cour de Versailles à la mystérieuse maison du Parc-aux-Cerfs, Casanova et la femme sans visage restitue avec une stupéfiante justesse, dans l’atmosphère si particulière de l’époque, les étonnants personnages que sont Louis XV, la marquise de Pompadour, Casanova et la figure énigmatique du comte de Saint-Germain, et inaugure une série policière des plus prometteuses.

Mon avis  :

Il n’y a que quelques livres par an qui sont de véritable coup de coeur mais Casanova et la femme sans visage en est un sans aucune hésitation !

J’ai été séduite par l’écriture fluide et précise d’Olivier Barde-Cabuçon, sans fioriture. L’auteur cherche à rendre l’époque et l’atmosphère le plus réaliste possible et l’on sent sa rigueur historique dans chaque descriptions. J’ai aussi énormément apprécié découvrir cette époque prés-Révolutionnaire. Cabuçon arrive à nous faire ressentir avec une grande justesse le mécontentement et l’agitation du peuple.  Il est très intéressant de voir qu’elles ont été les causes de l’événement le plus crucial de notre histoire !

En se qui concerne les personnages,sont pour la plus grande partie réels et ils se mélangent avec aisance avec les personnages de fiction. Les deux protagonistes, le  chevalier Volnay, bien que parfois un peu caricatural et fat lorsque qu’il s’agit des femmes, et son assistant le moine savant hérétique m’ont tout de suite plus. Ils ont tout les deux une histoire mystérieuse et sont entourés de secret se qui ne fait que d’attiser notre curiosité et les rendre plus charismatiques qu’ils ne le sont déjà !

Le seul bémol que je pourrais émettre concerne l’intrigue, que j’ai trouvé un peu superficiel. Il m’a semblé que le meurtre de la jeune femme n’était qu’un prétexte pour découvrir et mettre en place l’univers mais je n’ai pas trouvé cela plus dérangeant que cela car l’aspect historique prédomine et moi qui adore ça… 🙂 C’est un premier tome sympathique d’une série très prometteuse à lire absolument !

« Nos scientifiques et nos philosophes ont oublié que, en immolant la foi sur l’autel de la raison, ils ont ôté une chose essentielle à l’humanité: l’espoir. Ce besoin inhérent à l’humanité, tu trouveras toujours d’autres personnes pour l’apporter: devins, guérisseurs, cabalistes, sorciers.. Avec eux demeure l’espoir d’un possible au-delà. »

Tome 2 : Messe noire

Tome 3 : Tuez qui vous voulez

Tome 4 : Humeur noire à Venise (chronique à venir)

Tome 5 : Entretient avec le Diable (à paraître)

Auteur : Olivier Barde-Cabuçon

Edition :  Acte Sud

Collection : Acte noirs

Nombre de page : 320

Prix : 22, 90 €