[Quais du Polar] Lectures noires

Aujourd’hui vendredi 6 avril 2018 débute le festival de littérature noire de Lyon : les Quais du Polar ! Comme chaque année depuis 5 ans (!!), je l’attend avec impatience. C’est l’occasion de découvrir de nouveaux auteurices, mais aussi de revoir les habitués. Cette année, le festival nous emmène sous le soleil italien avec la présence de nombreux écrivains et écrivaines italiens. C’est l’occasion de rappeler que la littérature noire n’est pas réservée à la France, aux pays anglo-saxons et nordique, et qu’elle est d’une très grande diversité ! Pour l’évènement, j’avais envie de vous préparer une petite sélection de polars et autres thrillers que j’ai aimé et qui sortent de l’ordinaire !

Résultat d’images pour quais du polar

Lire la suite de « [Quais du Polar] Lectures noires »

Publicités

« Mais vous êtes à Venise, cité libre, enchantée et désenchantée, ville des mille délices et des grâces désœuvrées ! »

*Citation issue d’Humeur noire à Venise

Après trois tomes se déroulant à Paris, Olivier Barde-Cabuçon décide pour la quatrième et la cinquième aventure de son commissaire aux morts étranges de nous emmené à Venise (Humeur noire à Venise, 2015) en faisant un arrêt dans une vallée perdue de Savoie (Entretient avec le diable, 2016). Si la série apparaît très inégale avec ces deux livres, l’auteur prend un tournant certain dans son écriture et l’évolution de ses personnages.

couv39720357

couv32816016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le résumé de l’éditeur :

Pour voir les résumés éditeurs, c’est ici et ici.

Mon avis :

Comme je l’ai dit plus haut, avec ces deux tomes, la série devient assez inégale en terme de qualité. En effet, si les trois premiers tomes (Casanova et la femme sans visage, Messe noire, Tuez qui vous voulez) étaient plutôt bon, Humeur noire à Venise est bien moins bon que ses prédécesseurs, tant en terme d’intrigue que dans le développement de ses personnages.

Lire la suite de « « Mais vous êtes à Venise, cité libre, enchantée et désenchantée, ville des mille délices et des grâces désœuvrées ! » »